Georges Schlosser, « Le Münsterhof avant 1789 »

Une soirée mémorable. C’est en ces termes que M. Schurr, président des Amis de la cathédrale a qualifié la conférence organisée le mercredi 13 novembre conjointement avec la Fondation de l’Œuvre Notre-Dame. Mémorable, elle le fut à plus d’un titre.

munsterhof Continuer à lire … « Georges Schlosser, « Le Münsterhof avant 1789 » »

Un « Rayon Rouge » au solstice d’hiver ?

De novembre à fin janvier, il est un rendez-vous matinal auquel j’aime me rendre en la cathédrale de Strasbourg. C’est le 6 janvier 2017, jour de l’Épiphanie, que j’ai vu pour la première fois un joli spot rouge auréolant, tel le fameux rayon vert, le Christ en croix sur la chaire de Geiler.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Continuer à lire … « Un « Rayon Rouge » au solstice d’hiver ? »

Peter Kurmann, Alain Villes, « Après Notre-Dame de Paris : les incendies de cathédrales et les chantiers de reconstruction »

La conférence inaugurale de la nouvelle saison proposée par la Société des Amis de la Cathédrale de Strasbourg et la Fondation de l’Œuvre Notre-Dame a rencontré un vif succès. Devant une salle comble jusqu’aux tribunes, Peter Kurmann et Alain Villes, tous deux spécialistes de l’architecture gothique, ont présenté un thème d’actualité : la reconstruction des cathédrales et notamment celle de Notre-Dame de Paris suite aux incendies qui ont sévi au cours des siècles.

Image1 Continuer à lire … « Peter Kurmann, Alain Villes, « Après Notre-Dame de Paris : les incendies de cathédrales et les chantiers de reconstruction » »

L’herbier de bronze de Shirin Khalili – Novembre : l’arum ou le gouet

Côté Cathédrale

PB-Arum
L’outil du prêtre

L’arum est l’une des plantes les plus représentées dans la flore de l’architecture romane. Cette plante encore appelée « outil du prêtre » symbolise la trinité car ses feuilles sont au nombre de trois. Par son autre nom, gouet ou gouge, elle signifiait aussi l’outil dont se servaient les tailleurs de pierre pour réaliser leurs sculptures. Continuer à lire … « L’herbier de bronze de Shirin Khalili – Novembre : l’arum ou le gouet »

Clemens Brentano und der hohe Münsterturm

72128885_10156683932663715_2195189572038557696_oBesonders hat mich der hohe Münsterturm erschüttert, als ich aus einem schattigen Baumgang hervortrat und ihn über die Dächer der Nachbarhäuser auf mich niederschauen sah. […] Wenn ich die Blätter und Zweige der Bäume betrachte, so frage ich nicht, wie sie da hinaufgekommen, und erschrecke nicht, wenn sie sich hin und her bewegen mit Rauschen ; aber wenn ich diesen wunderbaren Turm anschaue mit seinen vielen Türmlein, Säulen und Schnörkeln, die immer auseinander heraustreiben und durchsichtig sind wie das Gerippe eines blattes, dann scheint er mir wie der Traum eines tiefsinnigen Werkmeisters, vor dem er wohl selbst erschrecken würde, wenn er erwachte und ihn so fertif in den Himmel ragen sähe.

Clemens Brentano (1778-1812), Aus der Chronika eines fahrenden Schülers (1818)

Ph. : Christophe Didierjean

Saint Jacques à la cathédrale de Strasbourg – 3. Vitraux et peintures

Saint Jacques à la cathédrale de Strasbourg – 1. Les monuments disparus
Saint Jacques à la cathédrale de Strasbourg – 2. Les sculptures

La dernière étape nous mènera en deux stations vers la fin de notre pèlerinage, à l’image des fidèles qui touchaient enfin au but en arrivant au chœur de la basilique espagnole.

Ultime station avant l’arrivée, les vitraux. Comment auraient-ils pu ne pas s’intéresser à notre saint ? Et de fait, on trouve sa représentation sur plus d’un vitrail. Saint Jacques figure ainsi dans la chapelle Saint-Catherine où il est le troisième à gauche dans la galerie des apôtres. On le retrouve dans le narthex où on le reconnaît sur le vitrail sud (milieu du XIVe siècle), quatrième personnage depuis le bas dans la lancette de gauche. Vêtu de jaune et de rouge, il tient une coquille à la main (difficilement visible il est vrai).

Jacques 1Plus intéressante probablement est sa représentation sur un vitrail (vers 1410-1430) de la galerie du chevet, vitrail qui provient de l’église des Dominicains. Il y est saisi en majesté et assis dans un cadre qui n’est pas sans évoquer le maître autel de la cathédrale de Compostelle. Sa chevelure blonde ceinte d’une auréole, il tient dans sa main gauche le bourdon (embelli tel un sceptre) orné de la coquille, le tout sur un fond bleu surmonté d’arcatures qui renvoient à un édifice religieux. A ses pieds l’on reconnaît des orants qui, mains jointes et têtes levées vers lui, lui adressent leurs prières, expression imagée des nombreux fidèles et pèlerins qui viennent l’invoquer avec ferveur. Et donc aussi de sa notoriété pendant toute l’époque médiévale. Continuer à lire … « Saint Jacques à la cathédrale de Strasbourg – 3. Vitraux et peintures »

Peter Kurmann, Alain Villes, « Notre Dame von Paris, wie soll es nach dem Brand weitergehen? »

Als Auftakt zu der neuen gemeinsamen Vortragsreihe des Straßburger Münstervereins  und der Stiftung Unserer Lieben Frau (Fondation de l’Œuvre Notre-Dame) waren am Mittwoch dem 16. Oktober 2019 im Straßburger Münsterhof gleich zwei hochrangige Spezialisten eingeladen, sich zu dem Thema zu äußern.

Le chantier de Notre-Dame de Paris, enclenché après l'incendie de la cathédrale le 15 avril 2019, va connaître une phase primordiale de sa sécurisation : le retrait de l'échafaudage en son centre. Continuer à lire … « Peter Kurmann, Alain Villes, « Notre Dame von Paris, wie soll es nach dem Brand weitergehen? » »