14. Das Horn an der Säule

Zu Erwins Zeit, als man am Münster baute, und die Fuhrleute herbei eilten, von nah und fern, bis tief aus Oesterreich und aus andern weit entlegenen Ländern, um die Steine herbeizuführen zum Baue, aus Unserer Lieben Frauen Grube im Kronthale, da kam auch Einer daher gezogen aus Ungarn, mit einem großmächtigen Büffel oder Auerochsen, so groß wie man einen nie zuvor gesehen hatte in den Ländern am Rheine.

Zwei Hörner eines Auerochsen, Archäologisches Museum,Straßburg.
Continuer à lire … « 14. Das Horn an der Säule »

Les contes de Louis Schneegans, décembre – La corne au pilier

C’était à l’époque d’Erwin, époque où la cathédrale était en chantier et où les charretiers se hâtaient, qui venaient de près ou de loin, du cœur de l’Autriche et d’autres pays lointains, pour apporter de la carrière de Kronthal, propriété de l’Œuvre Notre-Dame, les pierres à bâtir. Parmi eux il y en avait un qui venait de Hongrie, avec un énorme buffle ou aurochs, si grand qu’on n’en avait jamais vu de pareil dans les pays rhénans.

Un aurochs de Heck, tentative de reconstitution de l’aurochs originel par croisements génétiques menée dans les années 1920 / 1930 par Lutz et Heinz Heck.
Continuer à lire … « Les contes de Louis Schneegans, décembre – La corne au pilier »

Mathieu Baud, « La cathédrale de Strasbourg, un objet complexe. Quelle(s) méthodologie(s) pour sa préservation ? »

Le mercredi 20 octobre 2021, Mathieu Baud, conservateur-restaurateur à la Fondation de l’Œuvre Notre-Dame, a ouvert le cycle de conférences 2021-2022, avec enfin le retour du public.

Continuer à lire … « Mathieu Baud, « La cathédrale de Strasbourg, un objet complexe. Quelle(s) méthodologie(s) pour sa préservation ? » »

Le Mot du Président (Assemblée générale 2021)

La pandémie du coronavirus a continué à nous poser problème et nous a retenus dans nos activités. Le cycle de conférences avait bien commencé en octobre dernier avec une conférence très impressionnante de Frank MULLER, spécialiste de la période de la Réforme. Mais il a fallu de nouveau tout mettre en arrêt : conférences, activités culturelles, visites, sorties… L’assemblée générale a encore dû être reportée, le comité de direction ne pouvait plus se réunir normalement… Et dans le même temps, le nouveau bulletin était à terminer.

Mais nous ne nous sommes pas découragés. Nous avons reprogrammé un cycle de conférences pour la saison 2021/22 ; l’assemblée générale se tient maintenant ; le comité de direction s’est réuni en visioconférence avant de pouvoir revenir au présentiel. Et nous sommes parvenus à présenter à nos membres un nouveau numéro du bulletin juste avant Noël, comme le veut la tradition.

Continuer à lire … « Le Mot du Président (Assemblée générale 2021) »

13. Das heilige Grab

Auf der Mittagseite des Münsters hatte Bischof Berthold II., ein geborener Graf von Bucheck und des Landgrafen Sohn von Burgunden, eine schöne, geräumige Kapelle erbaut, im Jahre 1349, in der Ehre der heiligen Katharina geweiht.

Aufsatz über die Wiederherstellung des Heiligen Grabes, Schema zur Darstellung der allgemeinen Struktur und der Hauptelemente des Skulpturenschmucks.

Dahin verordnete er sein Begräbnis.

Dem rührenden, großartigen Gebrauche des Mittelalters gemäß, ließ der Bischof, bei seinen Lebzeiten, sich selbst sein Grab, in der von ihm gegründeten und eingeweihten Kapelle, aufrichten.

Wacker arbeiteten die Steinmetze an dem Gruftsteine.

Da kam, eines Tages, der Bischof denselben zu beschauen.

„Gott grüß‘ Euch! „– sagte er hereintretend zu dem Meister. – „Wie steht es mit meinem Grabe?“

Continuer à lire … « 13. Das heilige Grab »

Les contes de Louis Schneegans, novembre – Le saint Sépulcre

Sur le versant sud de la cathédrale, l’évêque Berthold II, comte de Bucheck par sa naissance et fils du Landgrave de Bourgogne, avait fait construire une belle et spacieuse chapelle, qu’il consacra en 1349, en l’honneur de Sainte Catherine.

C’est là qu’il voulait être enterré.

Conformément à l’usage émouvant et magnifique du Moyen Age, l’évêque, de son vivant, fit ériger sa propre tombe dans la chapelle qu’il avait fondée et consacrée.

Fragment provenant du saint Sépulcre de la cathédrale, aujourd’hui au Musée de l’Œuvre Notre-Dame.

Les tailleurs de pierre travaillèrent avec ardeur à ce monument funéraire.

Un jour, l’évêque vint voir où on en était.

Continuer à lire … « Les contes de Louis Schneegans, novembre – Le saint Sépulcre »

Das Münster in der Philatelie – Das Münster und Europa

Gezahnte Klebemarke mit dem Europarat und dem Straßburger Münster – Europäer aller Länder, einigt Euch

Im Jahr 1946, kurz nach dem Ende des Zweiten Weltkrieges, rief der Brite Winston Churchill die Idee der „Vereinigten Staaten von Europa“ aus. Das Projekt, mitgetragen vom Franzosen Herriot, vom Niederländer Brugmans und vom Belgier Van Zeeland, mündete am 5. Mai 1949. An diesem Tag wurde in London die Satzung des Europarates unterzeichnet. Zehn Tage später verkündete der Präsident Robert Schumann vom Palais des Fêtes aus, dass Straßburg der Ort des Austausches sei, den Frankreich Europa zur Verfügung stellen wolle.

Continuer à lire … « Das Münster in der Philatelie – Das Münster und Europa »

12. Die Stiftung der Chorkönigspfründe

Im Jahre 1012 kam der römische König Heinrich II. nach Straßburg und wohnte hier etliche Wochen.

Keines Tages versäumte der heilige König den Gottesdienst im Münster. Des Morgens bei der Hochamte, des abends bei der Vesper und in der Nacht sogar, wenn Mettin (Nachtmesse oder Frühmesse) gesungen wurde, saß Heinrich im Chore bei Bischof Werner, seinem treuen Freunde und Rate.

Bamberger Dom – Grab Heinrich II. und Kunigunde

Mit jedem Tage fühlte sich der König wohler und heimlicher im Münster. Täglich erhob ihn mehr die einfache, anspruchslose Frömmigkeit und die innige ungeheuchelte Andacht der Brüder Mariens[i]. Nirgends hatte er noch sämtliche gottesdienstliche Handlungen mit höherer Würde und feierlicherer Weihe begehen sehen. So sehr erhob und entzückte den König die in Werners Münster befolgte Ordnung und Regel, daß allmählich der Wunsch in ihm rege wurde, immerfort zu weilen in dem hehren Heiligtume, inmitten der Brüder, und sich mit ihnen himmelan zu schwingen im Gebete, mit Messelesen und Singen.

Continuer à lire … « 12. Die Stiftung der Chorkönigspfründe »

Les contes de Louis Schneegans, octobre – La fondation de la prébende du roi de chœur

Cathédrale de Strasbourg, bas-côté nord, baie VII : Henricus Imperator Babinbergensis (Henri II)

En l’an 1012, Henri II, roi des Romains, arriva à Strasbourg où il séjourna quelques semaines.

Chaque jour, sans aucune exception, il assistait au service divin dans la cathédrale. Le matin à la messe solennelle, le soir aux vêpres, et même la nuit, quand on chantait matines (la messe nocturne ou matinale), Henri était assis dans le chœur aux côtés de l’évêque Werner, son ami et conseiller.

Chaque jour, le roi se sentait plus à l’aise et comme chez lui dans la cathédrale. Chaque jour, il était de plus en plus attiré par la piété simple et sans prétention, par la dévotion intime et sans hypocrisie des Frères de Marie[1]. Nulle part ailleurs il n’avait vu toutes les cérémonies cultuelles célébrées avec une plus grande dignité et solennité, nulle part ailleurs il n’avait autant ressenti leur sacralité. Les statuts de la règle que l’on suivait dans la cathédrale de Werner élevaient et charmaient tellement le roi que germa progressivement en lui le désir de demeurer indéfiniment dans l’auguste sanctuaire, parmi les frères, et de s’élever avec eux au ciel en se joignant à eux lors des prières, des messes et des chants.

Continuer à lire … « Les contes de Louis Schneegans, octobre – La fondation de la prébende du roi de chœur »

La cathédrale et la philatélie – La cathédrale et l’Europe

Vignette dentelée avec le Conseil de l’Europe et la Cathédrale de Strasbourg – Européens de tous pays, unissez-vous.

En 1946, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, le britannique Winston Churchill lançait l’idée des « États Unis d’Europe ». Ce projet partagé avec le français Herriot, le néerlandais Brugmans et le belge Van Zeeland, aboutit le 5 mai 1949 à la signature, à Londres, du statut du Conseil de l’Europe. Dix jours plus tard, le président Robert Schumann proclame au Palais des Fêtes que Strasbourg sera la tribune que la France offre à l’Europe.

Continuer à lire … « La cathédrale et la philatélie – La cathédrale et l’Europe »