Bruno Klein, « Gothique mondial – L’architecture néogothique aux XXe et XXIe siècles »

En partenariat avec la Fondation de l’Œuvre Notre-Dame, la Société des Amis de la Cathédrale a donné mercredi 18 mai une conférence sur l’architecture néogothique aux XXe et XXIe siècles. Nombreuses et très belles illustrations à l’appui, Bruno Klein, professeur à l’Université de Dresde et historien de l’art spécialiste du gothique, a dressé un état des lieux étonnant à plus d’un titre.

Église Saint Jean Bosco, Brasilia ; Carlos Alberto Naves, 1963
Continuer à lire … « Bruno Klein, « Gothique mondial – L’architecture néogothique aux XXe et XXIe siècles » »

Jean-Richard Haeusser, dernier architecte en chef de l’Œuvre Notre-Dame

Vient de paraitre en avril, sous la plume d’Edgard Nullans, qui signe dans les blog les articles philatéliques, un ouvrage dédié à Jean-Richard Haeusser, dernier architecte en chef de la Fondation de l’Œuvre Notre-Dame de Strasbourg dans son statut originel (1971-1999).

Jean-Richard Haeusser et Jack Lang, Ministre de la Culture – Ph. Jahrbuch 1986 des Bildhauer und Steinmetzhandwerks Baden

L’auteur retrace le parcours professionnel de ce strasbourgeois amoureux de la cathédrale, qui se consacra près de trente années à sa restauration et à son entretien, avec notamment la résurrection de la tour de croisée, la « tour Klotz ». Le lecteur découvrira également au fil des pages, à la belle iconographie, les diverses passions du personnages : la peinture, la sculpture mais aussi les jouets, sa collection étant aujourd’hui exposée à la Nef des jouets, à Soultz-Haut-Rhin.

Edgard Nullans a également publié chez le même éditeur, Jérôme Do Bentzinger, La cathédrale de Strasbourg à travers les timbres et les cartes postales anciennes.

L’exposition virtuelle « La cathédrale dans la cité »

En 2015, nous célébrions le millénaire des fondations de la cathédrale de Strasbourg. À cette occasion, les Archives de la Ville et de l’Eurometropole de Strasbourg ont organisé une exposition retraçant la place de la cathédrale au centre de la cité mais aussi au cœur des habitants, du Moyen Age à nos jours. Depuis son achèvement, la flèche de la cathédrale est le principal emblème de la ville. Elle figure sur de très nombreux supports et désigne dans l’imaginaire collectif la ville de Strasbourg, voire même l’Alsace.

Si vous avez manqué l’exposition de 2015, ou si vous souhaitez la revoir, vous pouvez la retrouver directement en ligne sur le site des Archives : https://archives.strasbourg.eu/n/la-cathedrale-dans-la-cite/n:377 

Albane Eglemme

Eugène Dock (1827-1890) à la cathédrale de Strasbourg

Depuis peu, les dessins et réalisations d’Eugène Dock sont redécouverts : une première exposition au musée Bartholdi de Colmar sur ses liens avec le célèbre sculpteur, une deuxième à la Bibliothèque Nationale et Universitaire de Strasbourg portant sur ses dessins…

Eugène Dock (photo DNA/Nicolas Pinot)

Artiste aux multiples casquettes (sculpteur, statuaire, dessinateur, ornemaniste), Dock a commencé son apprentissage dès l’âge de dix-huit ans dans les ateliers de l’Œuvre Notre-Dame et complète sa formation à l’école des Beaux-Arts de Paris. Un de ses premiers employeurs est l’ébénisterie Tahan à Paris, avec laquelle il prend part à l’Exposition Universelle en 1855. Environ cinq ans plus tard, il revient dans sa région natale. Mais le véritable tournant dans sa carrière est lié aux réfections qui suivent la guerre de 1870 : la Préfecture, l’Aubette, la maison Kammerzell mais aussi la cathédrale.

Continuer à lire … « Eugène Dock (1827-1890) à la cathédrale de Strasbourg »

La vérité sur le faux rayon vert

Chaque année, aux jours d’équinoxe, un rayon de soleil vient éclairer une sculpture en pierre de la chaire. Cette sculpture représente un Christ en croix et la lumière de ce rayon de soleil est verte. En effet celui-ci traverse simplement un morceau de verre de couleur verte qui forme le pied d’un personnage de vitrail. Ce dernier est situé en partie haute de la nef, dans la quatrième travée du triforium sud.

Continuer à lire … « La vérité sur le faux rayon vert »

In der Katharinenkapelle

Am 8. März dieses Jahres konnten etwa zehn Mitglieder des Vereins einer Führung der Katharinenkapelle folgen, die von Marc Carel Schurr geleitet wurde. Zwei Wochen später waren es die deutschsprachigen Mitglieder, die diese außerordentlich schöne Kapelle mit den entsprechenden Erläuterungen bei abendlicher Beleuchtung bewundern konnten.

Continuer à lire … « In der Katharinenkapelle »

F.O.ND., Fabrique de la cathédrale, D.R.A.C., « Travaux et interventions de 2020 à 2021 »

Le 16 mars dernier, les représentants de la Fondation de l’Œuvre Notre Dame et de la Fabrique de la cathédrale se sont joints au conservateur des monuments historiques et à l’architecte en chef des monuments historiques pour rendre compte de leurs activités à la cathédrale sur la période 2020 et 2021.

Les travaux sur la façade du croisillon sud du transept.
Continuer à lire … « F.O.ND., Fabrique de la cathédrale, D.R.A.C., « Travaux et interventions de 2020 à 2021 » »

F.O.N.D., Fabrique des Münster, D.R.A.C., « Arbeitsbericht 2020-2021 »

In einem gemeinsamen Vortrag am 16. März 2022 – genau am 2. Jahrestag des ersten Lockdowns – legten Vertreter der „Fondation de l‘Oeuvre Notre Dame“ und der „Fabrique“ des Münsters, der Konservator für Denkmäler sowie der leitende Architekt Rechenschaft über ihre Aktivitäten am Münster in den Jahren 2020 und 2021 ab. Alle betonten den pandemiebedingt außergewöhnlichen Kontext, wie auch den Personalwechsel in mehreren leitenden Ämtern wie „archiprêtre“ (der Münsterpfarrer), „architecte des bâtiments de France“ und Konservator. Allerdings kamen die Arbeiten am Münster in diesen beiden Jahren nicht zum Erliegen.

Continuer à lire … « F.O.N.D., Fabrique des Münster, D.R.A.C., « Arbeitsbericht 2020-2021 » »

À la chapelle Sainte-Catherine

Le 8 mars 2022, une dizaine de personnes a pu bénéficier d’une visite de la chapelle Ste-Catherine, commentée par Marc Carel Schurr.

Commanditée en 1331 par l’évêque de Strasbourg Berthold de Bucheck, elle devait servir de chapelle funéraire pour son propre tombeau. L’œuvre Notre-Dame étant occupée à finaliser la voûte au-dessus du narthex, les travaux n’ont pu effectivement démarrer que vers 1342.

Construite par extension de la cathédrale, sur deux travées de contreforts, dans l’angle entre la nef et le transept sud de la cathédrale, la chapelle fut consacrée en 1349, du vivant de l’évêque.

Continuer à lire … « À la chapelle Sainte-Catherine »