La cathédrale et la philatélie – La cathédrale et l’Europe

Vignette dentelée avec le Conseil de l’Europe et la Cathédrale de Strasbourg – Européens de tous pays, unissez-vous.

En 1946, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, le britannique Winston Churchill lançait l’idée des « États Unis d’Europe ». Ce projet partagé avec le français Herriot, le néerlandais Brugmans et le belge Van Zeeland, aboutit le 5 mai 1949 à la signature, à Londres, du statut du Conseil de l’Europe. Dix jours plus tard, le président Robert Schumann proclame au Palais des Fêtes que Strasbourg sera la tribune que la France offre à l’Europe.

Continuer à lire … « La cathédrale et la philatélie – La cathédrale et l’Europe »

La cathédrale et la philatélie – L’épopée de la Libération

Le 16 juin 1940, le Maréchal Pétain demande à Hitler la cessation des combats. Pour Charles de Gaulle, c’est une capitulation. Il ne l’accepte pas et s’envole pour Londres, d’où il adresse aux Français son appel à la résistance. Fin juillet, un capitaine de 38 ans, qui a réussi à passer les lignes allemandes et à rallier l’Angleterre, se présente devant lui : Philippe de Hauteclocque.

De Gaulle attribue immédiatement à Hauteclocque une mission de première importance : rallier l’Afrique Équatoriale Française à la cause de la France libre. Pour protéger sa famille des représailles, Philippe de Hauteclocque devient François Leclerc avec le grade de chef d’escadron et s’envole pour l’Afrique. Fin août, toute l’A.E.F. (sauf le Gabon) est acquise.

Promu colonel, Leclerc prend le commandement militaire du Tchad et attaque au nord les possessions italiennes. S’engageant dans le Sahara, il atteint Koufra et emporte l’oasis. C’est là que, fin janvier 1941, il prononce son célèbre serment : « jurons de ne pas déposer les armes avant que nos couleurs flottent à nouveau sur Metz et Strasbourg ». La capitale alsacienne se trouve ainsi étroitement associée à son combat, et la postérité va lier l’image de la cathédrale à l’iconographie de la Libération.

Continuer à lire … « La cathédrale et la philatélie – L’épopée de la Libération »

La cathédrale et la philatélie – L’annexion nazie (1940-1944)

Le 19 juin 1940, les troupes allemandes entrent dans Strasbourg et aussitôt, le drapeau à croix gammée est hissé sur la cathédrale. Le 28, Hitler en personne visite l’édifice, pour lequel il nourrit un grand projet : en faire « un monument national à la gloire du peuple germanique » une fois la victoire finale acquise. En attendant, la cathédrale est fermée au public.

Les autorités allemandes n’émettront aucun timbre à l’effigie de la cathédrale de Strasbourg, mais l’édifice est présent sur de nombreuses oblitérations entre 1940 et 1944. Cependant, les cachets allemands présentent une particularité notable : des lettres distinctives identifient le guichet ou le service du bureau ayant apposé le cachet. Certains bureaux strasbourgeois utilisaient 20 cachets, marqués des lettres a à u.

22.10.40 – Oblitération spéciale « STRASSBURG (ELS) » sur pli affranchi aux timbres « Hindenburg-Medaillon », Deutsches Reich (1932-1939), 6 pf couleur verte, surcharge Elsaß décalée. Lettre a sous le nombre 13.
Continuer à lire … « La cathédrale et la philatélie – L’annexion nazie (1940-1944) »

La cathédrale et la philatélie – Les premiers timbres (1886-1939)

Depuis la guerre de 1870, Strasbourg est allemande. Son organisation postale ne prévoit que l’acheminement du courrier de ville en ville ; rien n’est prévu pour la distribution des lettres intra-muros. Cent soixante villes allemandes, dont Strasbourg, vont profiter de cette lacune pour se doter d’organismes postaux privés. Ainsi fut créée à Strasbourg, le 1er novembre 1886, la « Privat-Post-Verkehr Strassburg ».

Émission du 13 janvier 1887, type cathédrale (collection personnelle).

Un premier timbre, émis le 4 novembre 1886, reproduit « les armes de Strasbourg » : il fut interdit pour sa grande ressemblance avec les timbres de l’Empire allemand (timbre n° 32 d’Allemagne). Pour éviter la confusion, lui succéda le 1er décembre un nouveau timbre reproduisant la cathédrale de Strasbourg. De 1886 à 1890, 86 timbres, aux valeurs faciales diverses, aux formats et variétés de couleurs différents, cartes lettres et enveloppes, seront émis à l’effigie de la Cathédrale, avec l’inscription dans un cadre du timbre : « PRIVATPOST STRASSBURG ».

Continuer à lire … « La cathédrale et la philatélie – Les premiers timbres (1886-1939) »