L’herbier de bronze de Shirin Khalili – Décembre : la bryone

Côté Cathédrale

Bryone
Le navet du diable

Son nom provient du grec ancien bruon signifiant fleur. Au Moyen-Âge, la bryone est classée parmi les plantes magiques, comme en témoignent ses nombreux noms communs : navet du diable, couleuvrée, vigne-blanche, herbe de feu, rave de serpent, mandragore grimpante… Ses racines servaient à la fabrication de fausses mandragores utilisées en magie noire.

Plante grimpante, aux feuilles poussant en vrille, elle est utilisée comme élément décoratif dans la sculpture gothique.

En géobiologie, sa représentation sous les chapiteaux indique un courant tellurique (étude ésotérique de l’ensemble des influences de l’environnement sur le vivant).

En plus de sa présence en sculpture de grès sous forme de plante grimpante ornant les frises, elle figure parmi les bas-reliefs du vantail gauche des portes de la Cathédrale.

Côté Végétal

Bryonne-dec-2019-J-Olivares
Bryonia dioica (Jacq.) – Cucurbitacée

Plante vivace, très toxique de la famille des cucurbitacées, la bryone est une plante dioïque, c’est à dire qu’elle porte ses fleurs femelles et ses fleurs mâles sur deux pieds différents. Grimpante, à grosse racine charnue et pivotante, elle peut attendre facilement 6 mètres de haut.
Ses fruits sont des baies globuleuses et lisses, de couleur rouge vif à maturité. Ils contiennent comme ses racines une forte concentration de saponine provocant vomissements et diarrhées aux conséquences graves voire la mort en cas d’ingestion.

Utilisée en médecine médiévale, en usage externe, pour les maladies arthritiques et contre les verrues, elle a eu en médecine populaire, en usage interne, une réputation purgative et diurétique.

Aujourd’hui, elle est parfois plantée pour décorer et garnir les tonnelles grâce à sa croissance exubérante. Il en existe une variété ornementale à feuilles laciniées. Mais elle est plus généralement considérée comme une mauvaise herbe et à éviter dans les jardins en présence des enfants.

Dessin : Jaime Olivares
Texte et photo : Shirin Khalili

Auteur : Les Amis de la Cathedrale de Strasbourg

Composée de bénévoles passionnés, la Société des Amis de la Cathédrale de Strasbourg veut être, depuis 1902, le lieu de rencontre de tous ceux qui sont attachés à cette grande et belle église, classée au Patrimoine mondial de l’UNESCO.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s