L’herbier de pierre de Shirin Khalili – Février : l’armoise

Côté Cathédrale

Le manichéisme du Moyen Age oppose bien et mal, bénéfique et maléfique. Ainsi les plantes des saints (benoite, valériane, plantain, fougère, trèfle, lierre…) aux pouvoirs guérisseurs sont représentées aux coté des herbes des sorcières et des magiciens (aconit ou herbe de Médée, belladone, colchique, hellébore, pavot, ciguë…).
Armoise-colonne
Considérée comme la « mère-des-herbes et l’herbe-des-mères », c’est tout naturellement que l’armoise aux vertus médicinales se trouve dans l’iconographie des cathédrales.

A Strasbourg, même si l’identification de l’armoise sur les frises du portail central laisse des doutes en raison d’absence de fleurs ou de fruits et de l’état de conservation des motifs, elle est néanmoins possible par la forme caractéristique des feuilles et de leurs mouvements.

A l’intérieure de la Cathédrale on peut également l’identifier sur les chapiteaux des colonnes et sur les décorations le long des bas-côtés, en alternance avec d’autres motifs végétaux comme les feuilles d’absinthe, espèce du même genre, d’acanthe ou de chêne.

Côté végétal

armoise-bota
L’armoise est une plante vivace originaire d’Afrique du Nord, d’Europe et d’Asie tempérée que l’on rencontre souvent aux abords des habitations, des cultures ou des décombres. Ses feuilles, nettement découpées, sont vert-foncé sur le dessus et recouvertes d’un feutrage grisâtre sur le revers. Ses fleurs tubuleuses sont rassemblées au sein de petits capitules sphériques.  « Artemisa » vient d’Artémis, nom de la déesse grecque de l’enfantement, de la fertilité et de la santé féminine, qui rappelle les usages médicinaux des armoises en gynécologie. Moins active que l’absinthe (Artemisia absinthium), l’armoise a des propriétés emménagogues (elle régularise les menstruations). C’est aussi l’une des fleurs de Saint-Jean, longtemps employée en médecine populaire pour soigner l’épilepsie. On attribuait de grandes vertus antispasmodiques à ses racines noires prises pour des charbons ; on les récoltait la veille de la Saint-Jean, période où la plante était censée concentrer toutes ses propriétés.

Merci à Frédéric Tournay, botaniste de talent.
Dessin : Jaime Olivares.
Photo : Shirin Khalili.

Publicités

Auteur : Les Amis de la Cathedrale de Strasbourg

Composée de bénévoles passionnés, la Société des Amis de la Cathédrale de Strasbourg veut être, depuis 1902, le lieu de rencontre de tous ceux qui sont attachés à cette grande et belle église, classée au Patrimoine mondial de l’UNESCO.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s