Isabelle Chave, « La Fondation de l’Œuvre Notre-Dame : quel projet européen autour du Patrimoine culturel immatériel ? »

44556265_10160863833710063_4065013827849158656_n
La Pierre d’Europe, réalisation commune des dix-huit ateliers candidats.

La Fondation de l’Œuvre Notre-Dame et la Société des Amis de la cathédrale ont, pour leur première conférence de l’année, invité le 16 janvier Isabelle Chave, conservatrice en chef au ministère de la Culture. Son propos a éclairé les détails de l’inscription de la Fondation à l’inventaire français du Patrimoine culturel immatériel sous l’intitulé Les savoir-faire de la Fondation de l’Œuvre Notre-Dame appliqués à la cathédrale de Strasbourg et sa collaboration coutumière. La prochaine étape est maintenant le dépôt par la France du dossier de candidature pour l’inscription au Patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO sur la liste des bonnes pratiques sous le titre Les techniques artisanales et les pratiques coutumières des ateliers de cathédrales, ou « Bauhütten », en Europe : savoir-faire, transmission, développement des savoirs, innovation. Ce projet est mené conjointement avec l’Allemagne, l’Autriche, la Suisse et la Norvège.

La Fondation de l’Œuvre Notre-Dame, représentée par la France, était au départ seule à candidater. Elle a ensuite été rejointe par dix-sept autres ateliers. Le défi de cette candidature élargie est de répondre à la question : les ateliers ont-ils un avenir et peuvent-ils être répliqués en Europe ou dans les pays en voie de développement ? Mais aussi de trouver des points communs entre chaque structure, tout en considérant leurs particularités. La Fondation s’est donc questionnée sur son identité, sur ses pratiques, sur la déontologie de la conservation-restauration. Elle a notamment mis en avant ses techniques médiévales de taille et de sculpture et sa maîtrise des méthodes d’estampage. Pour d’autres ateliers se sont les pratiques rituelles qui ont été consignées.

Les dix-huit ateliers ont vocation à sensibiliser les jeunes générations, à transmettre leurs savoirs et savoir-faire. Nombre de ces structures possèdent un corpus documentaire pour la recherche appliquée : photographies, dessins ou moulages. Ces documents servent de nos jours aux architectes et aux praticiens lorsqu’il s’agit de faire des choix de restauration.

En outre, il était indispensable de fédérer autour de la candidature, des associations (dont les Amis de la cathédrale), les personnels des ateliers, des institutions et administrations, des personnalités, des soutiens populaires, des universités et des chercheurs. Au-delà de ces soutiens, les dix-huit ateliers ont réalisé un emblème commun : un pinacle appelé la Pierre d’Europe dont la Fondation a sculpté la partie sommitale.

Le dossier sera déposé le 6 février pour une possible inscription en octobre 2020 sur la liste des bonnes pratiques du Patrimoine culturel et immatériel de l’UNESCO.

Publicités

Auteur : Les Amis de la Cathedrale de Strasbourg

Composée de bénévoles passionnés, la Société des Amis de la Cathédrale de Strasbourg veut être, depuis 1902, le lieu de rencontre de tous ceux qui sont attachés à cette grande et belle église, classée au Patrimoine mondial de l’UNESCO.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s