Le choix de Cécile Dupeux au Musée de l’Œuvre Notre-Dame

OND_projet musée-Arntz_62A_5007e[2492]
Ludwig Arntz, Projet de galeries néo-Renaissance sur jardin dans les bâtiments de l’Œuvre Notre-Dame, 1896
Si l’on sait qu’un tout premier musée de la cathédrale a été mis en place dans les bâtiments de l’Œuvre Notre-Dame dès le milieu du 19e siècle par l’architecte de la cathédrale Gustav Klotz, on connaît moins le projet de restructuration des bâtiments proposé par l’un de ses successeurs Ludwig Arntz, arrivé à Strasbourg en 1895 en provenance de Cologne et Berlin.

Le projet porte sur l’ensemble du pâté de maisons compris entre la place du Château, la rue du Maroquin, la rue des Cordiers et la rue Rohan. Il propose l’intégration de l’hôtel du Cerf (Hirschhof), affecté à des ateliers de taille de pierre et de sculpture qu’il souhaite rapprocher de la cathédrale. Son ambition est d’étendre le parcours muséal encore restreint du petit Münstermuseum. Les notes qu’il a laissées manifestent avant tout le souci de la conservation des sculptures de la cathédrale, suivant en cela un mouvement amorcé par plusieurs articles de presse demandant la création d’un véritable musée pour les œuvres déposées.

Il semble également avoir été motivé par le dépôt en 1896 par la Société pour la Conservation des Monuments Historiques d’Alsace d’un ensemble de dalles funéraires, pour lesquels il choisit de créer deux étages de galeries Renaissance donnant sur un jardin. Il conçoit également le projet d’une salle voûtée d’ogives, destinée en particulier aux dessins d’architecture de la cathédrale.

On imagine que ces projets doivent beaucoup à la stimulation créée par l’installation au Palais Rohan en 1895-96 du musée des Beaux-Arts reconstitué et du musée archéologique. Quelques années plus tard, l’architecte Johann Knauth produira à la demande du maire Otto Back un projet encore plus ambitieux de regroupement des collections d’art de la ville entre le Palais Rohan et la maison de l’Œuvre Notre-Dame, qui ne trouvera pas d’aboutissement.

Des éléments de ces divers projets sont visibles au musée de l’Œuvre Notre-Dame jusqu’au 25 février 2018, dans le cadre de la section « Un petit Berlin. Des musées pour une capitale » liée à l’exposition « Laboratoire d’Europe. Strasbourg 1880-1930 » présentée actuellement dans de nombreux musées et institutions de la ville.

Cécile Dupeux, Conservatrice
Musée de l’Œuvre Notre-Dame

Ill. : encre sur papier, Fondation de l’Œuvre Notre-Dame, inv. 5007.e

Auteur : Les Amis de la Cathedrale de Strasbourg

Composée de bénévoles passionnés, la Société des Amis de la Cathédrale de Strasbourg veut être, depuis 1902, le lieu de rencontre de tous ceux qui sont attachés à cette grande et belle église, classée au Patrimoine mondial de l’UNESCO.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s